Montreal, Canada - 03 Mai, 2005

Le Rassemblement canadien pour le Liban évoque ses préoccupations au ministère canadien des Affaires étrangères

Montréal, le 16 avril 2005 — Toujours dans l’optique de faire la promotion des droits de la personne au Liban, le Rassemblement canadien pour le Liban, a récemment rencontré M. Michael Chesson, responsable du Moyen-Orient au ministère canadien des Affaires étrangères. Lors de cette rencontre, après avoir dresser un portrait — alarmant — de la situation des droits humains et démocratiques au Liban, les membres du RCPL ont attiré l’attention du chargé du Moyen-Orient sur quatre points qui préoccupent plus particulièrement le Rassemblement:

 

1- Observateurs internationaux pour les prochaines élections libanaises

Le RCPL a fait la requête au Ministère pour que le gouvernement canadien soutienne l’envoie d’observateurs internationaux au Liban lors des prochaines élections qui devraient, en principe, se tenir à la fin mai. Le RCPL a invité le Canada à offrir son expertise dans ce domaine. Selon M. Chesson, « le Canada serait très intéressé d’envoyer des observateurs s’il y a une demande en ce sens de la part du gouvernement libanais ou de l’ONU ». Si une telle éventualité se présentait, le RCPL serait prêt à faire sa part pour participer à cette mission d’observateurs. Le RCPL est d’avis que des élections justes et impartiales ne seraient être garanties au Liban sans la présence d’observateurs internationaux.

 

2- Prisonniers libanais en Syrie

Pour la quatrième année consécutive, le RCPL a soumis à l’attention des Affaires étrangère, le triste sort que connaissent plus de 200 Libanais incarcérés, au mépris de toute forme de justice, dans les sinistrement célèbres prisons syriennes. M. Chesson a promis d’accorder l’attention nécessaire à ce dossier. Ainsi, le Ministère s’est engagé à contacter les ambassades canadiennes de Beyrouth et de Damas pour vérifier les informations communiquées par le RCPL et voir qu’est-ce que la diplomatie canadienne pourrait entreprendre. Le Ministère préfère agir prudemment et discrètement dans ce dossier par souci d’efficacité et pour ne pas mettre la vie des prisonniers en danger. Comme les années subséquentes, le Ministère a tenté de se défiler en affirmant qu’il est difficile pour la diplomatie canadienne de s’engager pour des non-Canadiens. Le RCPL a souligné à M. Chesson que cet argument était peu convaincant puisque le Ministère s’était déjà impliqué avec succès, précisément en Syrie, pour y faire libérer des Syriens de confession juive injustement incarcérés en raison de leur appartenance religieuse.

 

3- Réforme du système judiciaire

Le RCPL a demandé au Canada de chercher à favoriser la réforme judiciaire au Liban. Soulignant au responsable des Affaires étrangères que la corruption était devenue rampante dans le système judiciaire libanais, le RCPL a demandé d’utiliser tous les canaux possibles — Francophonie, accords bipartites, rencontres de parlementaires, etc. — pour faire en sorte que le gouvernement libanais se préoccupe réellement de ce déficit minant toute réforme démocratique. M. Chesson s’est montré favorable à l’idée de contribuer à une éventuelle réforme, rappelant que le Canada avait joué un tel rôle en Tunisie.

 

4- La situation au Liban

Sur la situation politique libanaise actuelle, M. Chesson a affirmé que pour le Canada le retrait syrien était un développement positif. Les Affaires étrangères soutiennent aussi la demande d’une enquête impartiale sur l’assassinat de l’ex-Premier ministre Rafic Hariri. Le RCPL salue ces positions même si elles ont pris du temps à être diffusées et ont d'abord données lieu à un cafouillage accablant.

 

À ce propos, le RCPL a souligné sa tristesse de voir le gouvernement canadien manquer de leadership lorsqu’il est question du Liban. Le RCPL a, à titre d’exemple, relevé l’absence de condamnation de la part des Affaires étrangères face au retour de la violence terroriste au Liban. Ce point semble avoir porté fruit rapidement, puisque que le Ministère des Affaires étrangère du Canada a finalement condamné les quatre attentats aux explosifs ayant eu lieu ces dernières semaines :
http://webapps.dfait-maeci.gc.ca/MinPub/Publication.asp?Language=F&publication_id=382378

Le RCPL est globalement satisfait de cette rencontre mais suivra avec acuité les prochains développements afin de maintenir la pression pour que les droits de la personne au Liban deviennent une plus grande préoccupation pour le ministère canadien des Affaires étrangères.

back to home page

back to top